Accueil Petites Annonces Emploi / Stage / CV Actualité Religion People / Buzz


Moustapha Diakhaté : J'ai dû commettre des erreurs


Moustapha Diakhaté :  J'ai dû commettre des erreurs  


J'ai commis des erreurs - Après ce mandat, je vais… - Investitures à Benno : il n'y a pas eu de critères clairs et précis

47 listes : une solution Quarante-sept (47) listes, c'est une première dans l'histoire du Sénégal. Je crois qu'on a franchi le Rubicon, pour ne pas dire le ridicule, avec ces élections législatives du 30 juillet prochain. C'est d'abord beaucoup de confusion au niveau des couleurs, c'est beaucoup de temps perdu pour l'électeur, mais c'est surtout beaucoup d'argent perdu pour le contribuable sénégalais. Initialement le budget tournait autour de 6 milliards, mais il est clair que nous risquons d'aller au-delà de 16 milliards. Ceci est d'autant plus désolant qu'environ 7 listes seulement seront à l'Assemblée nationale. Et pour ce qui concerne les difficultés et les lenteurs, la mesure la plus urgente à prendre par le ministre de l'Intérieur, sans pour autant modifier le Code électoral, c'est d'augmenter les isoloirs dans tous les bureaux de vote pour permettre à 5 électeurs de voter en même temps, ou en tout cas d'être dans le même bureau de vote. Dans l'avenir, la classe politique sénégalaise devra prendre son courage à deux mains, notamment les partis de gouvernement, pour épargner les Sénégalais de ces corvées mais aussi pour économiser les deniers publics. C'est pourquoi je pense qu'il y a un certain nombre d'axes que nous devons scruter.

D'abord sur la suppression de la liste nationale : il ne faut pas que des petits groupuscules jouent sur la proportionnelle pour avoir une représentation nationale. En soi ce n'est pas une mauvaise chose, mais je crois que tout excès est nuisible et ce qui vient de se passer montre, à bien des égards, que c'est inacceptable. Donc sa suppression et l'érection de 150 circonscriptions électorales à l'intérieur du pays, vont permettre aux habitants de ces circonscriptions électorales d'identifier leurs députés. Et une fois ceci fait, nous devrons mettre sur pied un certain nombre de filtrages. Autrement dit, exiger pour chaque liste, un parrainage de 2% des inscrits sur le fichier électoral de la circonscription électorale. Il faudrait également exiger un nombre de parrains des élus locaux de la circonscription électorale, qu'ils soient des conseillers départementaux ou municipaux. Augmenter la caution parce que 15 millions, c'est insuffisant. Et exiger pour chaque liste qui participe aux législatives d'être présente au moins dans 3/5 des circonscriptions électorales du Sénégal. Tout ceci empêcherait les politiciens fantaisistes de jouer avec notre démocratie qui a été bâtie à la sueur de sacrifices et de combats âpres qui ont permis au Sénégal d'être un modèle de démocratie en Afrique et dans le monde.
Mandat : pour la limitation, contre le cumul J'avais déclaré depuis longtemps que je ne serai pas investi sur les listes en 2017. Je rappelle que j'étais membre du Conseil municipal de Dakar sous ma propre bannière de 2009 à 2014. Et lorsqu'il s'agissait de renouveler les mandats je ne m'étais pas porté candidat. Je crois que cinq années de mandat électif c'est suffisant à mon avis. Aujourd'hui le mandat présidentiel est limité à deux consécutifs. Cette même réforme doit être appliquée aux conseillers municipaux, départementaux. Cela permettra d'abord le renouvellement des hommes et des femmes. Ce qui permettra aussi le renouvellement des idées et des comportements.
À Benno, il n'y pas eu de critères clairs et précis pour les investitures. Benno bokk yaakaar n'est pas une coalition, mais plutôt une fédération de coalitions. Cela est dû aux conditions de sa naissance. C'est en 2012, entre le premier et le second tour de l'élection présidentielle qui a porté Macky Sall au pouvoir, que les anciens opposants du Président Me Abdoulaye Wade se sont regroupés dans cette coalition. Cette coalition ayant gagné, a décidé de continuer son compagnonnage au niveau de l'Assemblée nationale. C'est dans cet ordre d'idées que nous sommes allés en coalition aux législatives suivantes. Aux législatives de 2012 nous avions des critères précis. Les investitures étaient au prorata du nombre de suffrages obtenus par les candidats au premier tour. Donc c'était déjà clair au niveau de chaque coalition. Mais malheureusement pour ces investitures pour ces prochaines législatives, il n'y a pas eu de critères clairs et précis au niveau des coalitions. Cela explique les contestations. Je suis sûr que le Président Macky Sall, l'ensemble de ses alliés, et les responsables de l'Apr trouveront des mécanismes pour vite dépasser cette situation. Le véritable enjeu des législatives n'est pas un enjeu de parti, mais un enjeu de régime, c'est de permettre au Président Macky Sall d'avoir une majorité à l'Assemblée nationale, sans laquelle il ne pourra plus gouverner le Sénégal.
Benno : la mort ? Ce n'est pas la première fois que les journalistes prédisent les funérailles de Benno bokk yaakaar (rires), mais nous résistons. Je ne vous apprends rien en vous disant que c'est la coalition qui a la plus grande longévité de toute l'histoire politique du Sénégal. En 2000, la coalition «Fal», qui avait porté Me Abdoulaye Wade au pouvoir, n'a pas duré plus de onze mois. Donc je crois que l'ouverture d'esprit qui caractérise et le Président Macky Sall, et l'ensemble des leaders de la coalition Benno, va nous permettre de dépasser cette situation. Personnellement, je suis en train de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour que les fissures constatées soient réparées.
Il faut prendre au sérieux les menaces de vote-sanction. J'estime que les menaces de vote-sanction et de boycott doivent être prises très au sérieux. Le Président Macky Sall parlera à ses militants et à ses responsables. Très certainement il reviendra avec eux sur les vrais enjeux de ces législatives. Le même comportement devra être adopté au niveau des partis alliés. Une fois ces phases terminées, il faudra qu'on modernise la gestion de la coalition Benno bokk yaakaar, car il nous faut avoir des règles et des codes de conduite. Ce qui nous est arrivé avec le Rewmi ne doit plus jamais se répéter. Quand une coalition vous porte à l'Assemblée nationale et que vous la quitter, vous devez rendre les postes. Ce sont des dispositions prévues dans les Assises nationales que nous n'avons pas appliquées, malheureusement. Auteur: Abdou Diawara – Seneweb  Lire la suite: http://www.senorama.com
   
     
                       
   
   
   
  Retrouvez Senorama.com sur Google+
Email: fridayadiouma@gmail.com
Téléphone: +221774255466
Sénégal , Dakar , Cité des eaux
   
Partenaires askanbi.com  ecole-chezdonald.com  film streaming francais
<br> <br> <br> <br> <br> <br> <br> <br> <br> <br> <br> <br> <br>
 
 

Actualite  Le navire «Diambogne» endommagé, l’État réclame 2,7 milliards

Le navire «Diambogne» endommagé, l’État réclame 2,7 milliards
L’État du Sénégal réclame la somme de 2,7 milliards de francs Cfa au groupe Grimaldi, propriétaire du «Grande Nigeria».

Actualite  Revue de Presse du 17 Août 2017 Avec Mamadou Mouhamed Ndiaye

Revue de Presse du 17 Août 2017 Avec Mamadou Mouhamed Ndiaye
Revue de Presse du 17 Août 2017 Avec Mamadou Mouhamed Ndiaye

Actualite  Revue de Presse du 17 Août 2017 Avec Ahmed Aidara

Revue de Presse du 17 Août 2017 Avec Ahmed Aidara
Revue de Presse du 17 Août 2017 Avec Ahmed Aidara

Actualite  «Vol de 40 millions chez You» : Le journal Enquête persiste et signe

«Vol de 40 millions chez You» : Le journal Enquête persiste et signe
Le journal Enquête, qui a avancé dans son édition d’hier, mercredi 16 août, que 40 millions de francs Cfa ont été volés

Mardi 19 septembre procha  Affaire Lamantin Beach : Luc Nicolaï rejugé le 19 septembre

Affaire Lamantin Beach : Luc Nicolaï rejugé le 19 septembre
Mardi 19 septembre prochain, la Cour d’appel de Saint-Louis se penche sur l’affaire Luc Nicolaï. Elle dira si elle confirme ou infirme

Justice  Affaire de la Caisse d’avance : Khalifa jugé en octobre ?

Affaire de la Caisse d’avance : Khalifa jugé en octobre ?
Si ça ne dépendait que du procureur, Khalifa Sall et Cie, qui sont impliqués dans l’affaire de la Caisse d’avance de la mairie de Daka

Actualite  Cession de Tigo à Yérim : Millicom écrit à l’État

Cession de Tigo à Yérim : Millicom écrit à l’État
Ça manœuvre ferme pour la cession de l’opérateur de téléphonie Tigo. Des sources de Libération informent que Millicom a sollicité

Actualite  Revue de Presse WalfTv du Mercredi 16 Août 2017 en images

Revue de Presse WalfTv du Mercredi 16 Août 2017 en images
Revue de Presse WalfTv du Mercredi 16 Août 2017 en images

Actualite  Revue de Presse du 16 Août 2017 Avec Mamadou Mouhamed Ndiaye

Revue de Presse du 16 Août 2017 Avec Mamadou Mouhamed Ndiaye
Revue de Presse du 16 Août 2017 Avec Mamadou Mouhamed Ndiaye

Actualite  Revue de Presse du 16 Août 2017 Avec Ahmed Aidara

Revue de Presse du 16 Août 2017 Avec Ahmed Aidara
Revue de Presse du 16 Août 2017 Avec Ahmed Aidara

Actualite  Législatives : Y en a marre, la Raddho, Amnesty vont porter plainte contre l'État

Législatives : Y en a marre, la Raddho, Amnesty vont porter plainte contre l'État
Organisation de législatives : Y en a marre, la Raddho, Amnesty et Cie vont porter plainte contre l'État

Actualite  Un deuil national de 72 heures au Burkina

Un deuil national de 72 heures au Burkina
Le bilan de l'attaque du restaurant Istanbul est établi officiellement à 20 morts dont 2 assaillants.

Actualite  Le Conseil constitutionnel confirme les résultats et rejette tous les recours

Le Conseil constitutionnel confirme les résultats et rejette tous les recours
Le Conseil constitutionnel confirme les résultats provisoires des législatives du 30 juillet 2017.

Actualite  Revue de Presse WalfTv du Lundi 14 Août 2017

Revue de Presse WalfTv du Lundi 14 Août 2017
Revue de Presse WalfTv du Lundi 14 Août 2017

Actualite  Revue de Presse du 14 Août 2017 Avec Mamadou Mouhamed Ndiaye

Revue de Presse du 14 Août 2017 Avec Mamadou Mouhamed Ndiaye
Revue de Presse du 14 Août 2017 Avec Mamadou Mouhamed Ndiaye