URGENT: Aïda Mbacké arrêtée et conduite à la gendarmerie de Hann

Partagez sur :







Les choses s’emballent pour Aïda Mbacké, qui a brûlé vif son époux. La jeune femme hospitalisée depuis son accouchement dans une clinique vient d’être arrêtée par les gendarmes. Selon les informations de emedia.sn, elle sera conduite à la gendarmerie de Hann où, selon la procédure, on devrait lui signifier les chefs d’accusation qui pèsent contre elle.
Aïda Mbacké est accusée d’avoir mis le feu dans la chambre où dormait son mari, Khadim Ndiaye après une dispute. La raison : son époux lui aurait annoncé avoir pris une seconde épouse. La jeune dame a donné naissance à un enfant, la veille de la mort de son époux. Selon le diagnostic de son médecin traitant, elle souffrirait de troubles mentaux.
Affaire à suivre.

Selon les informations de emedia.sn, Aïda Mbacké , qui a brûlé vif son époux. La jeune femme hospitalisée depuis son accouchement dans une clinique vient d’être arrêtée par les gendarmes.







Aïda Mbacké sera conduite à la gendarmerie de Hann où, selon la procédure, on devrait lui signifier les chefs d’accusation qui pèsent contre elle.Les choses s’emballent.

Aïda Mbacké est accusée d’avoir mis le feu dans la chambre où dormait son mari, Khadim Ndiaye après une dispute. La raison : son époux lui aurait annoncé avoir pris une seconde épouse. La jeune dame a donné naissance à un enfant, la veille de la mort de son époux.

Selon le diagnostic de son médecin traitant, elle souffrirait de troubles mentaux .
Affaire à suivre.

Plus de dix jours après la mort de Cheikh Ndiaye, du nom du mari brûlé aux Maristes, la présumée auteure, Aïda Mbacké, n’avait toujours pas été entendue par les enquêteurs. Ces derniers ont fait des pieds de grue à la clinique où elle est internée en vue de l’interroger. En vain.







Libération qui donnait l’infirmation dans son édition du mercredi, révèlait que son médecin traitant s’opposerait à son audition au motif qu’elle serait atteinte de « troubles mentaux graves » et que son audition pourrait la faire basculer.

Le journal avait aussi signalé que les gendarmes enquêteurs commencent à se poser des questions légitimes sur la fiabilité du diagnostic du médecin.

Et pour le mettre devant ses responsabilités, ils l’ont interrogé sur procès-verbal afin qu’il réitère ses déclarations.