Au Nigeria, la spectaculaire remontée en puissance de Boko Haram

Partagez sur :








Ces derniers mois, le groupe de l’État islamique en Afrique de l’Ouest (ISWAP), une faction de Boko Haram, a intensifié ses opérations contre des militaires, tuant plusieurs dizaines de soldats. Décryptage.

Le groupe de l’État islamique en Afrique de l’Ouest (ISWAP), faction de l’organisation jihadiste Boko Haram, a intensifié ces derniers mois ses attaques contre les militaires dans le nord-est du Nigeria à un rythme alarmant.

Et pour cause, les combattants de l’ISWAP ont réussi à accumuler un puissant arsenal de guerre grâce aux pillages successifs des bases militaires attaquées, mais aussi au trafic d’armes en provenance d’autres pays africains.

« Boko Haram est mieux équipé que les soldats »

La prise temporaire de la ville de Baga, le 27 décembre, est une nouvelle démonstration de force de la part de ce groupe. En quelques heures, les assaillants ont mis en déroute les 500 à 600 soldats de la Force multinationale mixte (MNJTF), composée d’unités du Nigeria, du Niger, du Tchad et du Cameroun. Comme lors de chaque attaque, ils ont profité de la fuite des soldats pour s’emparer des armes, munitions et véhicules stockés sur cette base stratégique des rives du lac Tchad.

« Boko Haram est mieux équipé que les soldats », explique à l’AFP un milicien engagé aux côtés de l’armée dans la région, Sanda Kime.

« Il y a une pénurie d’armes et de munitions pour nos troupes. C’est un problème grave », confirme Amaechi Nwokolo, chercheur au Roman Institute of Security Studies d’Abuja. De plus en plus de voix s’élèvent au sein de l’armée pour dénoncer le piteux état des équipements, comme les balles non compatibles avec les fusils, qui s’avèrent particulièrement dangereux à utiliser.

L’augmentation exponentielle du trafic d’armes en Afrique sub-saharienne a également permis à l’ISWAP d’acquérir du matériel « plus sophistiqué » provenant notamment de la Corne de l’Afrique et du Moyen-Orient via le Soudan, selon Yan St Pierre, consultant en contre-terrorisme pour le cabinet MOSECON.

Une armée fatiguée et démoralisée

La sécurité s’est largement dégradée ces dernières années au Nigeria et l’armée est déployée sur de nombreux fronts aux quatre coins du pays. « Le moral des troupes est bas. Elles ont été poussées à leur limite », estime le chercheur Amaechi Nwokolo.

En août, des centaines de soldats ont envahi le tarmac de l’aéroport de Maiduguri, la capitale de l’État du Borno, dans le nord-est, et tiré en l’air, affirmant être épuisés après quatre ans sur la ligne de front sans relèves ou avec de trop rares permissions pour rentrer voir leurs proches.

L’armée avait enregistré d’importants succès militaires fin 2015, chassant les jihadistes de pans entiers de territoires sous leur contrôle, mais depuis l’ISWAP a adopté des tactiques de guérilla difficiles à contrer.

« Les soldats sont fatigués. Lors de certaines attaques, ils se retirent après une brève confrontation voire sans combattre », confirme une source sécuritaire nigériane sous couvert d’anonymat.

Intense campagne de recrutement

Dans son message du Nouvel An, le chef d’état-major de l’armée de l’air, le maréchal Sadique Abubakar, a déclaré que les jihadistes comptaient désormais dans leurs rangs des combattants étrangers de l’organisation État islamique (EI). « Nous avons assisté à […] l’arrivée de combattants et technologies hautement expérimentés et qualifiés lorsque des éléments de l’EI ont été chassés de Syrie et transférés dans le nord-est » du Nigeria, a-t-il affirmé.

Les rumeurs selon lesquelles Boko Haram, affilié à l’EI, recrute à l’étranger ne sont pas nouvelles mais ces derniers mois de nombreux témoignages, appuyés par plusieurs experts, vont dans ce sens. Pour Yan St Pierre, l’affaiblissement de l’EI en Irak et en Syrie, et par contrecoup, son expansion dans le Sahel et le Sahara, a « considérablement amélioré la mobilité » des combattants en Afrique.

Par ailleurs, selon ce spécialiste, l’ISWAP mène depuis six mois une intense campagne de recrutement au Nigeria et dans les pays voisins comme le Niger et le Tchad, où ses imams multiplient les prêches pour présenter le groupe jihadiste comme une alternative « crédible et légitime » au gouvernement, alors que s’approche l’élection présidentielle de février à laquelle le président Muhammadu Buhari se représente.

La veille de Noël, l’ISWAP a pris d’assaut une base militaire à Kukareta, dans l’État de Yobe, tuant 17 soldats. « Les combattants étaient très certainement tchadiens d’après leur physique imposant et la langue qu’ils parlaient », a déclaré un chef local sous couvert d’anonymat.

Changement de stratégie

La faction historique de Boko Haram, dirigée par le leader Abubakar Shekau, utilisait surtout des kamikazes et des groupes d’assaillants dans des attaques ressemblant à des razzias d’un autre âge. En 2016, le groupe de l’État islamique en Afrique de l’Ouest a décidé d’adouber un nouveau leader, Abou Mossab Al Barnaoui, qui cherche davantage à s’attirer le soutien des populations locales.

« Les combattants de l’ISWAP se concentrent uniquement sur les bases militaires et ce qu’ils considèrent être les symboles d’oppression ou de répression gouvernementaux », note Yan St Pierre. Résultat, alors que les civils sont reclus dans des camps de déplacés strictement régulés par l’armée dans la plupart des villes du nord-est, un semblant de vie normale a repris son cours dans les zones rurales où opère l’ISWAP.

« Là où l’armée avait ordonné la fermeture des marchés et coupé les circuits de ravitaillement, ils ont restructuré le commerce » des produits de la pêche et de l’agriculture, les principales sources de revenus dans la région, souligne le consultant. « La stratégie qui consiste à obtenir l’appui des populations est bien plus dangereuse que celle de Shekau » face à l’impuissance de l’armée nigériane.

L’insurrection jihadiste, qui a débuté au Nigeria en 2009, a fait au moins 27 000 morts et provoqué une grave crise humanitaire avec 1,8 million de déplacés.

Avec AFPFRANCE 24