Le groupe Keur-Gui, le cauchemar de Macky Sall depuis 2014…

Partagez sur :








Le groupe Keur-Gui s’est distingué en 2000 avec des albums très engagés 1ère mi-temps (censuré par le régime socialiste). D’ailleurs, leur dénonciation de la politique gouvernementale et leur engagement sans faille leur avaient valu un séjour en prison. Sans relâche, Thiat et Kilifeu ont gardé leurs étiquettes en confirmant dans chacune de leur production leur engagement politique.

Paru en 2004, leur second opus, Liye Raam (« ce qui rampe », « ce qui se trame » ou « si on ne prend garde » en wolof), traite de divers thèmes : les politiciens véreux (« Beaux parleurs »), l’Unité Africaine, la colonisation mentale et la domination Européenne (« Coup de fil à l’Occident »), la décentralisation du rap qu’ils trouvent n’être concentré qu’au niveau de la capitale Dakar (« Meukdôm Connect Gang », « Pinku Side ») ou encore la diversité des confréries Musulmanes et leur divergence (« Liye Raam »).

En 2008, Keur Gui sort Nos connes doléances, l’album de la confirmation relatant ce qui s’est passé depuis l’indépendance jusqu’à nos jours. Cet opus d’une incroyable richesse d’écriture leur vaut plusieurs récompenses : Meilleur groupe, Meilleur album, Meilleure vente et Meilleure prestation scénique en 2008 au Sénégal, une nomination aux African Hip Hop Awards en 2010, une participation au Festival Music RFI Découverte et une tournée nationale et internationale.

En 2010, Keur Gui lance « Coup de gueule », un single dénonçant la corruption et le mal-développement du Sénégal qui s’est longtemps reposé sur ses lauriers de première démocratie d’Afrique francophone tout en laissant se développer une misère urbaine considérable. « Coup de gueule » connaît un réel succès sur les plateformes de téléchargement.

Dans ce groupe, la remarque est flagrante . Thiat est le rappeur qui dérange le plus les autorités. Il est coutumier des gardes à vue et intimidations. « En ce moment, nous préférons geler notre carrière musicale pour donner la priorité à l’engagement citoyen jusqu’à la fin des élections de 2012. Mais ça ne veut pas dire que nous ne travaillons pas. D’ailleurs, juste après les élections, nous avons prévu de sortir notre prochain album Encyclopédie« , disait-il en 2012.

Et, c’est en 2014 que Keur Gui est revenu sur le devant de la scène avec Encyclopédie, le premier livre audio qui englobe toutes les sciences du hip hop, composé de 2 tomes de 13 titres chacun. D’ailleurs, dans cet opus , le duo avait dédié un son « Diogoufi » à Macky Sall alors qu’il venait juste de faire 2 ans au pouvoir. Ce clip avait connu un vrai succès sur les réseaux sociaux.

Après ce morceau qui avait fait un tollé, le groupe Keur-Gui tape encore plus fort sur le régime de Macky. Cette fois-ci, le duo est revenu avec un titre polémique intitulé « Sai sai au cœur ». Cette chanson fait actuellement le buzz. La preuve, Senego a constaté que sur YouTube, en moins de 3 jours, le clip a atteint plus de 500 mille vues, 3000 commentaires et 4 eme tendance. Dans chaque manifestation de l’opposition, ce morceau passe en boucle dans les rues de Dakar. A vrai dire, les opposants se sont accaparés de ce morceau pour tirer sur Macky Sall.

Keur-Gui s’est-il relancé à travers ce morceau après presque 5 ans d’absence ?

A vous de juger !

senego