« Les armes utilisées pour le parrainage n’étaient pas conventionnelles » (Par Abdoul Mbaye !)

Partagez sur :








Le piège du parrainage a fonctionné exactement comme l’avaient annoncé ses concepteurs, et ainsi la prochaine élection présidentielle au Sénégal pourrait se dérouler avec cinq (5) candidats seulement ou moins.

Les armes utilisées par le ministère de l’intérieur et le Président du Conseil constitutionnel n’étaient pas conventionnelles, non plus compatibles avec l’expression démocratique. Nous avions alerté l’opinion sur les pièges tendus mais n’avons pas été entendus.

Macky continue de dérouler sa stratégie visant à organiser des élections au terme d’un processus électoral parsemé de pièges mis en place par modifications de la Constitution, du Code électoral et du fichier électoral avec pour objectif de se maintenir vaille que vaille. Le parrainage en fut une des étapes majeures.

Nous invitons les citoyens sénégalais à prendre conscience des violences exercées contre leur démocratie et des menaces à venir.

L’ACT organisera lundi 7 janvier 2019 un point de presse ou seront présentés toutes les failles et pièges mis en place par le régime et ses affidés sous la forme d’un prétendu système de parrainage citoyen, et les motivations du recours introduit par son candidat auprès du Conseil constitutionnel.

La lutte continue pour un Sénégal de démocratie et reconstruit état de droit. Les compagnons de l’ACT sont tous invités à s’y investir.

Vive l’expression démocratique du Peuple Sénégalais,

Vive le Sénégal !

Dakar le 5 janvier 2019.

senego