Quand les internautes sénégalais réclament un débat présidentiel avec le hastag #SunuDébat

Partagez sur :








Ce mardi 8 janvier 2019, pendant que le président de la République du Sénégal était à Diamnadio pour assister à la cérémonie de la remise du ballon d’or africain 2018, la toile sénégalaise s’est enflammée. En effet, les internautes sénégalais, à travers le hastag #SunuDébat, ont demandé au président de la République, Macky Sall, d’accepter de faire un débat avec les autres candidats à la présidentielle 2019. 

Après Macky Sall, Ousmane Sonko, Kalifa Sall, Karim Wade et El Hadji Issa Sall, le Conseil constitutionnel a validé les parrainages de Idrissa Seck et Me Madické Niang. Ils seront donc 7 en course pour la succession du président sortant, Macky Sall. Compte tenue du faible nombre de candidats, les internautes sénégalais ont émis l’idée d’organiser un débat présidentiel entre les 7 possibles candidats pour la présidentielle de 2019. Sur les réseaux sociaux, notamment sur Twitter, le hastag #SunuDebat a enregistré des milliers de tweets favorables.  

Tout est parti d’un tweet de @Call_me_Wawa demandant au président de la République le nombre de tweets nécessaires pour organiser un débat entre lui et les autres candidats à la présidentielle. 

Contactée par Metrodakar, Awa, âgée de 21 ans et étudiante en Sciences Politiques révèle qu’au début ce tweet n’était qu’une boutade afin d’attirer l’attention sur le fond de la question « en apprenant la validation de la candidature de certains candidats de l’opposition, je me suis instantanément mise à considérer l’idée d’un débat Présidentiel regroupant l’ensemble de ces hommes. Un peu candide, j’ai donc émis cette proposition – assez saugrenue – sur la toile en prenant soin de mentionner le Président Macky Sall. Le tweet ayant très rapidement été repris par les tweetos, nous avons réussi à rapidement attirer l’attention du chargé de Communication de la Présidence, mentionné par un internaute. »

En effet, suite à ce tweet, le ministre conseiller, Chargé de la Communication à la présidence de la République du Sénégal a réagi « vous pensez vraiment que c’est utile pour le peuple d’assister à des monologues parallèles surtout lorsqu’une des parties campe systématiquement dans le champ de la calomnie ? Non ce type de débat ne nous intéresse pas »

Cependant pour Awa, ce n’est pas gagné d’avance « rien n’oblige le Président à accéder à notre requête. D’autant plus que généralement le débat convient rarement à la majorité. Pourtant, en acceptant cette invitation, il enverrait un message politique fort puisqu’il marquera la nouvelle génération en instaurant une nouvelle ère démocratique marquée par la diversification de sa pratique. Symboliquement ce serait énorme. Par ailleurs, sa cote de popularité en serait positivement impactée.»

Concernant la pertinence de ce débat, la jeune étudiante en sciences politiques précise que «l’objectif principal est que les sénégalais aient un débat entre le Président sortant et les candidats de l’opposition. C’est une condition sine qua none que l’on considère pouvant approfondir la compréhension des programmes par le peuple, mais également le jeu démocratique». Mais pour El Hadji Kassé, un débat n’est pas à l’ordre du jour, car les autres candidats à la présidentielle n’ont pas de programme « le temps du débat viendra lorsque les uns et les autres diront précisément leur offre. Pour le moment, nous assistons au déferlement de la violence verbale, aux propos plutôt grossiers pour ne pas dire injurieux. Comment débattre dans de telles conditions ? », a questionné le ministre conseiller sur twitter. Si le camp présidentiel hésite, l’un des candidats à la présidentielle sénégalaise, à savoir Ousmane Sonko, a toujours souhaité ce débat. 

«  #SunuDebat n’a aucune connotation politique » insiste Awa. Elle rajoute dans la foulée « personnellement, je ne soutiens aucun candidat que ce soit de manière officielle ou officieuse. L’engouement autour de notre initiative démontre que nous sommes nombreux dans ce cas, ce débat est une nécessité.» Par ailleurs concernant la récupération politique dont pourrait être victime cette « initiative citoyenne», elle rassure « nous n’avons pas peur de telles manœuvres. Notre unique objectif étant l’organisation d’un débat, toute publicité est à notre avantage. Les autres candidats étant les personnes qui devront débattre, tout soutien de leur part est un pas de plus en direction de notre objectif », a précisé Awa à metrodakar.

sanslimitesn