Pourquoi le Conseil constitutionnel envoie Khalifa Sall et Karim Wade au Purgatoire…

Partagez sur :








C’est officiel ! Khalifa Sall et Karim Wade souffrent toujours. Ils ne peuvent faire acte de candidature à l’élection Présidentielle du 24 février 2019, selon le Conseil constitutionnel,  car ils sont condamnés respectivement à 5 et 6 ans de prison ferme.

Le conseil constitutionnel, malgré le rabat d’arrêt pour l’ancien maire de Dakar et les recours de Wade-fils, a arrêté dimanche la liste définitive des candidats retenus à la prochaine élection Présidentielle.  Une confirmation de la liste provisoire publiée le 14 janvier dernier.

Et seuls Macky Sall, Ousmane Sonko, Issa Sall, Madické Niang, Issa Sall sont  retenus par les 7 sages.

Pour le candidat déclaré de TaxawuSénégal, Khalifa Sall, qui a introduit un rabat d’arrêt auprès de la Cour suprême, le Conseil constitutionnel considère que son dossier est irrecevable; autrement dit, il ne pourra pas se prévaloir de la qualité d’électeur. Les 7 sages se sont fondés, entre autres, sur  l’arrêt rendu par la cour d’Appel, en août dernier, condamnant l’ancien maire de Dakar  à 5 ans de prison ferme.

Pour son camarade d’infortune, Karim Wade du Pds, le Conseil constitutionnel considère qu’il ne peut pas faire non plus acte de candidature, parce qu’il n’a pas la qualité d’électeur, son casier extrait judiciaire mentionne qu’il a été condamné à six ans de prison ferme par la Crei pour enrichissement illicite.

Ces malheureux candidats rejoignent ainsi au Purgatoire les 22 autres candidats de l’opposition dont Pape Diop, Malick Gakou, Bougane Gueye Dany sont aussi au purgatoire.