Il faut confier la présidence de la Banque mondiale à un Africain

Partagez sur :








C’est l’idée défendue par le directeur général du Nepad, Ibrahim Assane Mayaki, dans cette tribune que nous vous partageons ce matin. De tous les terrains d’actions de la Banque mondiale, l’Afrique est celui où les enjeux sont les plus colossaux : investissements dans les infrastructures, réduction de la pauvreté, transformation de l’agriculture, accès à l’énergie, urbanisation galopante, développement du capital humain…

Sans compter le principal défi de ce siècle, le changement climatique, qui affecte déjà de nombreux pays africains.