La Cena plongée dans la déche, Doudou Ndir «devrait élever la Voix»

Partagez sur :








A J-4 du scrutin présidentiel, la Commission électorale nationale autonome (Cena) est plongée dans un manque de moyens criant. C’est L’édition de Enquête du jour qui donne l’information. D’après des sources approchées par le canard du Point E que l’instance chargée du contrôle et de la supervision du processus électoral n’a, jusqu’à présent, reçu que la moitié du budget électoral. Lequel est estimé à 4 milliards 589 millions francs Cfa pour l’exercice en cours. Pour ne pas arranger les choses, le budget de fonctionnement connait le même sort. Et, entre autres conséquences, la Cena se débat avec un parc automobile vieux, les véhicules les plus neufs datent de 2011. Ce qui fait que beaucoup d’entre eux sont en panne. Face à cette situation de plus en plus inquiétante, un membre de la Decena de France, estime que le président de l’institution, en l’occurrence le magistrat à la retraite Doudou Ndir, devrait élever la voix. “Ce n’est pas normal’’, soupire notre interlocuteur. Chargée du contrôle et de la supervision de l’ensemble des opérations électorales et référendaires, la Cena veille, en particulier, à leur bonne organisation matérielle et y apporte les correctifs nécessaires à tout dysfonctionnement constaté. Elle a des démembrements dans les départements (Ceda) et à l’étranger (Decena).