Porokhane : Sokhna Diarra, la dévotion qui conduit à l’éternité…

Partagez sur :








Sayidatunâ Mariama Bousso de son vrai nom, la mère de Cheikh Ahmadou Bamba, finit par acquérir le nom Jâratul- Lâh « (la voisine de Dieu), par sa dévotion dans l’adoration. Sa vie et son oeuvre sont revisités ce jeudi 28 mars 2019, à Porokhane, à 8 km de Kaolack.

À très bas âge, Sokhna Diarra Bousso mémorisa et calligraphia le Saint-Coran. Acte qu’elle ne cessa de renouveler. C’est ainsi que durant les trente trois (33) années qu’elle vécut sur terre, elle a écrit quarante (40) fois, d’autres diront soixante (60) fois, le Saint Livre.

Avant de rejoindre le domicile de Mame Mor Anta Saly (père de Cheikh Ahmadou Bamba), sa dévotion était telle qu’elle a garanti de donner naissance à un fils d’une grandeur comparable à celle du prophète.

A ces propos tirés du Coran:  » Mouhammad n’a jamais été le père de l’un de vos hommes, mais le messager de DIEU et le sceau des Prophètes. DIEU est parfaitement sachant de toute chose. «  Sourate 33, Verset 40, elle répondit : « Si ce n’était ces paroles immuables de DIEU, je peux garantir par serment, que je compterais parmi ma progéniture un Prophète. »

Quant elle travaillait , elle récitait sans cesse le  » Dalâ’ilul Khayrâti «  un recueil de prières sur le Prophète (Paix et salut sur Lui) très célèbre auprès des hommes de DIEU, composé par l’imam Jazûli.

Alors qu’ils étaient à Porokhane, sur demande de Serigne Mame Mor Anta Saly qui voulut de l’eau pour faire ses ablutions, elle saisit la bouilloire et accourut au puits où elle ne trouva aucun moyen pour puiser, et, pressée de rendre service à son époux, elle se précipita à l’intérieur. Chose étrange ses secours venus l’en sortir la trouvèrent, non seulement indemne, mais avec la bouilloire à la main remplie d’eau.

Un jour, ne trouvant de bois de chauffe pour préparer du sanglé à Serigne Mbacké Mor, repas matinal qu’elle s’était engagée à lui préparer chaque jour, elle se résolut à briser sa malle en bois qui contenait ses habits pour allumer le feu.

On n’oubliera jamais la nuit entière passée sous la pluie, tenant une palissade, sur recommandation de Serigne Mbacké Mor, qui l’oublia dans sa posture, après avoir accompli ses ablutions.

En matière d’éducation, elle rassemblait ses enfants et leur racontait la vie des hommes de DIEU, les pieux anciens ayant consacré toute leur vie à suivre les traces de l’Elu de DIEU, Mouhammad Rasûlal -l -Lâh (Paix et salut sur Lui). C’est ainsi que Cheikh Ahmadou Bamba appliquait ses conseils et imitait les ascètes, en se retirant dans la brousse pour effectuer des actes de dévotion.

Pour ne citer que ceux-là, ces actes révèlent pourquoi, la mère de Cheikh Ahmadou Bamba, restera éternelle dans les cœurs des Mourides.