Pour récupérer sa ‘’niarel’’, le vieux perd ses 850 000 FCFA au profit d’un …

Partagez sur :








Une renversante affaire d’escroquerie a été évoquée hier au temple de Thémis de Tamba. Décidé à récupérer sa deuxième épouse, qui s’est remariée, le notable Thiémokho Dagnokho l’accuse de bigamie, mandate un intermédiaire et lui remet 893 000 FCFA pour ‘’sucrer les magistrats’’. La mission ayant échoué, l’affaire a fini devant le juge pénal.

La salle d’audience du tribunal de grande instance de Tamba a refusé du monde hier. Une affluence qui a donné du fil à retordre au préposé à la sécurité, occupé à recadrer ceux qui ont passé le plus clair de leur temps à rire sous cape au cours de l’évocation de cette affaire d’escroquerie ayant pour soubassement des faits de bigamie. Une affaire qui a opposé un notable de Tamba, le sieur Thiémokho Dagnokho, au prévenu, Abdoulaye Kane, chauffeur de son état et qui pour l’occasion était un intermédiaire. Les débats d’audience ont permis de comprendre le deal, les enjeux et le rôle joué au prévenu. De l’économie de l’affaire, il ressort que les faits reposaient sur une prétendue affaire de bigamie. En plus clair, le notable Dagnokho polygame, marié à trois épouses, avait perdu sa deuxième femme, qui a quitté le domicile conjugal à la suite d’une banale histoire avec la troisième épouse.

La deuxième épouse ne va pas chômer, puisqu’elle se remarie rapidement, au grand dam du vieux Dagnokho. Celui-ci qui tenait toujours à sa niarel (deuxième épouse), va faire des mains et des pieds pour casser ce mariage et récupérer sa dame. Une opération de rachat des plus délicates, qui nécessite une action judiciaire loin d’être gagnée d’avance. Ce qui n’ébranle point le vieux Dagnokho. Il va prendre langue avec le chauffeur Abdoulaye Kane, qu’il a connu par l’entremise d’un proche, Bocar Doumbouya. M. Kane est présenté comme un intermédiaire bien introduit dans le milieu judiciaire de la région orientale. Mandat lui a été donné par le vieux Dagnokho de diligenter une procédure judicaire portant bigamie. Un principe accepté par Kane, qui va selon le vieux Dagnokho, réclamer des sommes d’argent destinée ‘’sucrer les magistrats’’. C’est en cela, note le plaignant, que Kane va empocher 50 000 FCFA de dessous de table pour le procureur local. 50 000 FCFA destiné au commandant de la brigade de Goudiry et d’autres montants destinés à prendre en charge les frais de dossier, les déplacements entre Tamba et Goudiry.

Au total, le plaignant dit avoir remis 893 000 FCFA au prévenu. Au final, il soutient que celui-ci n’a pu honorer ses engagements. Faux, rétorque le prévenu Kane, qui soutient n’avoir reçu que la somme de 120 000 FCFA des mains du vieux Dagnokho en guise de ‘’nékhal’’. Pour l’aider à déposer une plainte au parquet contre son épouse pour bigamie. Pressé de questions par le procureur, le prévenu Kane va revoir sa copie et reconnaitre avoir perçu en sus des 120 000 FCFA, un autre montant de 50 000 FCFA via orange money. Visiblement irrité du comportement du prévenu ‘’qui a réclamé l’argent en son nom et au nom du commandant de la brigade de Goudiry’’, le parquetier va tancer le prévenu, avant de se rapporter à la sagesse du juge Abou Dieye. La partie civile va pour sa part réclamer la somme de 1 million, à titre de dommages et intérêts. Rendant son verdict, le juge qui a reconnu le prévenu coupable du délit d’escroquerie, l’a condamné à 6 mois ferme et à une amende de 100 000 FCA. Il devra en outre allouer à la partie civile la somme de 1 million de FCFA rapporte le quotidien l’observateur repris par la rédaction de sanslimitesn