Alioune Tine : «Les institutions sont porteuses de menaces»

Partagez sur :








«C’est comme si on avait oublié toutes les violences consécutives aux événements du 23 juin 2011 qui remettaient en question deux institutions : le Parlement et le Conseil constitutionnel. D’où l’intérêt d’un grand débat national, dans le processus en cours de la présidentielle, sur la nécessaire réforme de notre système politique, démocratique et institutionnel à bout de souffle pour construire un État de droit conforme aux normes internationales et adapté aux réalités du continent».

Ces propos, rapportés par Walf Quotidien, sont de l’ancien Secrétaire général de la Raddho, Alioune Tine, qui vient de mettre sur pied la Fondation Afrikajom Center. «Les institutions de la République dysfonctionnent et sont porteuses de menaces pour la paix. Le Sénégal était connu comme un pays stable jusqu’à la première alternance de 2000. Mais, depuis lors, force est de constater, face à une fonction présidentielle hypertrophiée, un désenchantement», regrette-t-il.

Auteur: Seneweb