Découverte des corps sans vie à la Patte d’Oie : Le film de l’horreur…

Partagez sur :








iGFM-(Dakar) Ce 17 janvier 2019, deux corps sans vie de jeunes garçons ont été retrouvés, dans le canal de l’échangeur de la Patte d’Oie. IGFM vous retrace le film de l’extraction des deux victimes avec à la clé des témoignages, vidéo et photos à l’appui. En voici quelques extraits exclusifs.

L’alerte d’un chien

Tout a débuté vers 10 heures lorsqu’un chien qui aboie à plusieurs reprises, alerta les populations. A notre arrivée aux alentours de 11 heures, on constate un décor calme et plat, un climat pas comme les autres. Quant aux embouteillages, n’en parlons même pas. Passants, riverains, étudiants…tous étaient là pour assister à cette scène mais en avec les visages crispés. Ils étaient tous étonnés d’entendre que deux corps étaient à l’intérieur du canal. « C’est un chien qui a alerté tout le monde. Moi qui vous parle, j’ai un de mes frères qui en fait partie. J’ai appelé les sapeurs-pompiers parce qu’on sentait une odeur qui provenait du canal », témoigne ce jeune homme sous couvert de l’anonymat.

Les victimes disparues depuis plusieurs semaines

Très abattu par cette situation, ce jeune avait le cœur brisé. Ses larmes coulaient sans cesse. « Oooh, mon frère est parti », crie-t-il. « Depuis plusieurs semaines, je dirais même deux mois, je n’avais pas eu de ses nouvelles », ajoute-t-il face à une foule qui était venue en masse en prenant d’assaut le pont de l’émergence.

Entouré par la presse et les spectateurs, le sous-préfet des Parcelles Assainies, Babacar Iba Mar confirme. « Ce qui s’est passé, c’est qu’aujourd’hui vers 10 heurs, les sapeurs ont reçu un appel qui fait état de la découverte de corps sans vie dans le tunnel . Un des amis des disparus a tenu à appeler », explique-t-il. « Il était resté pendant un certain temps sans les voir après un incident qui s’est passé ici et qu’un de ses amis a emprunté le canal. Au bout de 50 mètres, il a découvert deux corps sans vie », indique M. Mar.


Après 3 h d’horloge, la police scientifique et les sapeurs extraient les corps

Pour extraire les corps, il a fallu faire appel à la police scientifique. Cette dernière est venue appuyer les sapeurs pompiers qui étaient les premiers à arriver sur les lieux. Mais les choses n’ont pas été simples. Il a fallu 3 heures d’horloge en raison de la profondeur du tunnel et de l’eau qui s’y trouvait pour enfin extraire les corps. Pire, il n’y avait pas assez d’éclairage. « Les corps ont été extraits grâce aux sapeurs et à la police scientifique », souligne le sous-préfet aux alentours de 14 heures après que la situation soit décantée après une longue attente.

L’insécurité déplorée

Comme depuis toujours, l’insécurité a une nouvelle fois été déplorée suite à ce drame. Des riverains soulignent que l’Etat doit prendre des mesure fermes afin que ceci ne se reproduises plus jamais même si le sous-préfet soutient que la sécurité est toujours assurée dans cette zone.

« On ne saurait dire les raisons de ce drame, mais l’enquête nous le dira. La police fait des efforts pour sécuriser cette zone. On ne peut pas parler d’insécurité totale. Comme tout centre urbain, on note une hausse de la criminalité, mais la police des Parcelles Assainies fait tout pour sécuriser la zone. Maintenant, cet accident est venu mais nous prions pour le repos de leurs âmes ».

Mamadou Salif GUEYE