Scandale Petro-Tim : Le Procureur décharge Aliou Sall

Partagez sur :








Le scandale Pétrotim appartient désormais au passé. La Division des investigations criminelles (Dic) a bouclé son enquête dans cette affaire pour laquelle Aliou Sall est accusé d’avoir reçu des pots-de-vin d’un montant de 250 000 dollars, soit 150 millions de FCfa. Mais, le frère du président Macky Sall ne fait l’objet d’aucune poursuite judiciaire, au motif qu’il est déchargé par le Procureur.

L’Obs indique que les témoins auditionnés par la Dic n’ont pas réussi à apporter la moindre preuve qu’Aliou Sall serait impliqué dans cette affaire révélée par la BBC. Face à l’absence de preuves, le Parquet n’a pas assez d’indices graves et concordantes pour poursuivre l’ancien Dg de la Caisse des dépôts et consignations (Cdc). Le Procureur vise désormais X.

Rappel des faits

« BP, le géant de l’énergie, a accepté de payer près de dix milliards de dollars à un homme d’affaires impliqué dans un contrat pétrolier controversé, d’après une enquête de la BBC. »

Selon cet organe anglais, par une enquête de la journaliste Mayen Jones, « BP avait acheté les actions de Frank Timis dans un gisement de gaz au large des côtes du Sénégal pour 250 millions de dollars en 2017. Mais les documents obtenus par BBC Panorama et Africa Eye révèlent que BP versera également à sa société entre neuf et douze milliards de dollars en redevances. BP et M. Timis ont tous deux nié tout acte répréhensible dans cette affaire ».

Pétrotim et Aliou Sall

Cette affaire avait déjà été, selon Bbc même, à l’origine de manifestations courant 2016 et de dénonciation de politiques et journalistes au Sénégal. En effet, la société Pétrotim de l’homme d’affaires, Timis aurait bénéficié de permis d’exploitation de 30% des réserves de gaz découvert au Sénégal sans faire preuve d’expérience dans ce domaine.

Le documentaire démontre comment la société de Monsieur Timis s’était vue retirée puis réattribuée son autorisation, après l’accession au pouvoir du président actuel, Macky Sall. Ces concessions revendues par Frank Timis à la société britannique, BP, permettraient à Timis de gagner plus de 10 milliards de dollars par an.